May diwan

May diwan: Forum Musulman d'Expression française
 
AccueilCalendrierPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Sujets les plus actifs
Les femmes au paradis
Reflexion: Auteurs d'aujourd'hui
Lettre ouverte à mon ordinateur qui m’a rendu aussi idiot que lui
Destin de femme
Voyage par la photo
Recettes salées du monde
Femmes libérées? Mon œil, dénonce Nancy Huston
Invocation pour se marier
Droit a l'Histoire Amazigh
Reflet dans un oeil d'homme
Meilleurs posteurs
May
 
amanar11
 
Jarod
 
Admin
 
mimouni
 
Lolita KlA
 
Passante
 
Rosalie
 
Nasrine
 
Merghed Soufian
 

Partagez | 
 

 Le bonheur dêtre musulmane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
May
Maydinaute
avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Le bonheur dêtre musulmane   Mer 27 Oct - 13:02

Elle est né un jour comme un autre dans la vie, un jour parmi d'autres dans l'année, allez disons un soir de May.
A sa vue, son père blêmit, songeant déjà à la fortune à dépenser pour l'élever, à la difficulté à venir pour lui trouver un mari, au risque potentiel de déshonneur qui lui est lié , attribué.

Sa mère, une fois accouché, est d'abord tout à sa joie de voir son si beau bébé, cet ange sans ailes, aux yeux fermés, cette petite boule de chair avenir de l'humanité, si fragile , si dépendante, qu'on a peur de la tenir , de la casser.
Heureuse et positive à la fois , elle se voit déjà jouer à la poupée vivante avec sa fille, une poupée qui parle qui dit papa maman, que l'on habille à sa guise, avec ce que l'on sous la main, ce qu'on récupère ou ce que l'on vous donne , peu importe .
La petite fille va grandir , va compenser gratuitement l'absence d'aide ménagère, avec tout l'amour de l'univers en échange d'un sourire ou approbation maternelle et paternelle.Un vrai bonheur.

Elle lui apprendra aussi la cuisine et la couture, l'enverra même à l'école apprendre à lire et même obtenir un diplôme pour augmenter ses chances de trouver un mari qui veuille bien l'acquérir à moindre coût, malgré ses innombrables tares, sa beauté fatale, sa docilité sans faille, son insignifiance de taille, son silence racaille, sa connaissance en braille.

En attendant ce jour béni de la seule vraie délivrance, la liberté de déposer ce fardeau fait chair, elle cultivera ou entretiendra ses qualités d'esclave.
Esclave de ses parents dans un premier temps qu'elle doit satisfaire par tous les moyens dont elle dispose: les bonnes notes à l'école, son salaire si elle travaille, son labeur si elle a la santé , ses conseils sages avisés et gratuit si elle a l'intelligence de ne pas en revendiquer la paternité.
N'est ce pas exactement ce que son mari attend d'elle , une fois qu'il lui a payée sa dot dont la principale vertu est de la rendre licite.

Ah , ce mari des mille et une nuit dont elle rêve chaque nuit depuis l'age de la puberté.

Sa mère lui a dit qu'il subviendrait à tous ses besoins, l'aiderait à se réaliser, dans le respect, dans la limite ou elle même le respecterait.
Qu'il ferait son bonheur ,et dans la mesure ou elle s'acquitterait de son , ses devoirs envers lui , la rendrait heureuse ...heureuse comme un femme.

Vivement le bonheur, ce rêve dans la réalité.

Et son vœux s'exauça comme celui de toutes les jeunes filles rêveuses avant elle.

Son père était fier comme un paon que sa fille ait trouvé preneur.

Sa mère plus philosophe était soulagée et tout compte fait ravie que pour sa fille aussi, la vie continuait, de la même manière.

Reine d'un soir, fantasme d'une nuit, elle connut comme toutes ses consœurs depuis l'aube de l'humanité son heure de gloire, cette promotion suprême d'être la femme d'un homme.

L'aube du jour naissant la ramena a des réalités plus terre à terre.

Se marier c'est être intelligente pour deux, savoir pour deux, développer des dons de télépathie, être constamment dans l'anticipation, tout prendre sur soi, s'effacer devant la loi du plus fort, renoncer à tous ses droits, du droit à l'erreur à celui de l'humanité.

Être épouse ou épousée c'est s'incliner devant la belle mère , souveraine de la maison de son fils, sur qui elle a tous les droits, la servir sans souffrir, sans se révolter, accepter d'être étrangère dans la maison de son mari : la famille est une question de sang....purement et simplement...religieusement.

Ou est ce bonheur attendu.

Lui aurait-on menti ou est-elle la seule à vivre ainsi, à n'avoir rien compris au bonheur, au mariage, à la vie, la famille, les parents, les maris?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le bonheur dêtre musulmane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sainte Thérèse de Lisieux ! Il est des âmes sur la terre qui cherche en vain le bonheur..
» Les huit marches vers le bonheur de Bhante Henepola Gunaratana
» Contrairement à ce que tu crois, ton bonheur ne dépend pas de l'attitude des autres.
» Vos citations ou textes ou images sur le bonheur et la joie
» Actualités: Le bonheur fait des progrès dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
May diwan :: Forum Espaces Thématiques :: L'Islam dans le monde aujourd'hui-
Sauter vers: