May diwan

May diwan: Forum Musulman d'Expression française
 
AccueilCalendrierPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Sujets les plus actifs
Les femmes au paradis
Reflexion: Auteurs d'aujourd'hui
Lettre ouverte à mon ordinateur qui m’a rendu aussi idiot que lui
Destin de femme
Voyage par la photo
Recettes salées du monde
Femmes libérées? Mon œil, dénonce Nancy Huston
Invocation pour se marier
Droit a l'Histoire Amazigh
Reflet dans un oeil d'homme
Meilleurs posteurs
May
 
amanar11
 
Jarod
 
Admin
 
mimouni
 
Lolita KlA
 
Passante
 
Rosalie
 
Nasrine
 
Merghed Soufian
 

Partagez | 
 

 Liberté d’expression n’est pas liberté d’outrager

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
May
Maydinaute
avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Liberté d’expression n’est pas liberté d’outrager   Jeu 27 Sep - 6:38




le 19.09.12 | 10h00 7

Le film, aussi débile que grossier, du repris de justice américain Nakoula Besseley contre les musulmans est évidemment l’une des manifestations de l’islamophobie générale qui gangrène les pays occidentaux.

Une islamophobie qu’illustrent et renforcent les réactions de leurs médias à propos des manifestations d’indignation qui ont soulevé le Monde arabe. Sous des titres qui englobent l’ensemble des musulmans et les présentent comme une masse furieuse, dangereuse, avide de violence – «Le monde arabe s’embrase», «Colère des musulmans» – journaux, radios, télévisions ont fait une large place aux manifestations que le film a provoquées en Tunisie, en Egypte, au Yémen... : la mise à sac de plusieurs ambassades américaines, l’incendie du consulat de Tunis, des foules hurlantes brûlant le drapeau américain…, les téléspectateurs européens n’ignorent plus rien. Ou plutôt, ils s’imaginent savoir. Car les télévisions leur ont livré des images sans la moindre distance, sans suggérer qu’incendiaires et casseurs ne sont pas représentatifs des peuples arabes, sans aucun commentaire sur la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient, sur le soutien qu’ils apportent aux régimes les plus réactionnaires de la région, sur leur défense inconditionnelle d’Israël. Montrer n’est pas neutre, toute image porte un message, illustre et oriente une manière de voir et de juger, le plus souvent partiale.

Les reportages des médias n’ont pu que renforcer la conviction de bien des Européens que les Arabes sont des êtres violents, irrationnels, incapables de se maîtriser et de raison garder. Il est vrai que les Présidents tunisien et égyptien ont condamné la violence de certains manifestants, mais de quel poids peuvent être leurs mots face au choc des photos ? Imprégnés de l’islamophobie rampante des médias, la plupart des reportages n’ont pu que renforcer l’islamophobie du public. Une islamophobie que conforte également le silence d’un certain nombre d’intellectuels. Les plus en vue, les plus médiatisés, ces droits-de-l’hommistes qu’on n’entend jamais s’insurger contre les crimes que commet chaque jour l’armée israélienne, mais qui s’indignent et crient à l’antisémitisme dès qu’on dénonce ses méthodes et la politique d’Israël. Ni Alain Finkielkraut, qui célébra le pamphlet raciste et islamophobe d’Oriana Fallaci La Rage et l’Orgueil, ni Bernard-Henry Lévy qui se garde bien d’intervenir dans un conflit qui le concerne pourtant au premier chef, ni André Glucksman qui n’a d’yeux que pour Poutine qu’il attaque d’article en article, aucun de ces «humanistes» pour qui la défense des droits de l’homme ne concerne que certains hommes n’a protesté contre le film islamophobe de l’Américain.

D’autres font mieux encore, si l’on peut dire : loin d’approuver ouvertement, ce qui abîmerait leur image, les manifestations les plus grossières d’islamophobie telles les caricatures danoises du Prophète, ils les approuvent par la bande, indirectement, au nom de la liberté d’expression qui, disent-ils, doit être totale. Curieuse exigence qui ne se manifeste, de nouveau, qu’à propos des musulmans. Exigence de tartuffes, là encore, qui, se posant en défenseurs de toutes les libertés, incitent et invitent à calomnier l’islam. Car c’est seulement quand il s’agit de l’islam qu’ils postulent le droit absolu de tout dire même des insanités, de tout caricaturer même avec la plus grande vulgarité, le droit, finalement, de ne pas respecter une religion qu’ils ne connaissent pas, ne comprennent pas et qu’ils exècrent. Il ne peut être question, évidemment, de restreindre par la loi la liberté d’expression ni d’appeler au rétablissement de la censure. Toute intervention de l’Etat doit être bannie. Chacun doit avoir le droit imprescriptible de dire et d’écrire ce qu’il veut. Mais cela ne signifie pas qu’il puisse le faire impunément.

Avoir le droit de tout dire n’accorde aucune immunité et ne protège d’aucune poursuite. Tout dépend de la nature de ce qu’on dit, de la façon dont on le dit, du moment où on le dit, des conséquences que ces propos peuvent entraîner. Qu’un athée ait le droit le plus absolu d’exposer ses positions et d’expliquer – comme Spinoza hier ou Michel Onfray aujourd’hui – pourquoi, d’après lui, les religions sont des monuments d’irrationalité mortifère, c’est une évidence. Mais qu’on poursuive en justice un caricaturiste qui peint de façon injurieuse le fondateur d’une religion et déclenche des émeutes n’est nullement une atteinte à la liberté d’expression : c’est la sanction d’un délit. La liberté d’expression n’est pas la liberté d’outrager et il est tout à fait légitime que la victime d’une agression porte plainte. Comme l’écrit Emmauel Todd(1), l’islamophobie est décidément «le mal du siècle présent». Elle imprègne à ce point la mentalité d’un grand nombre d’Occidentaux qu’elle les aveugle, les égare et les incite à dire n’importe quoi.

1)- L’Esprit du temps ou l’islamophobie radicale (Agora Vox)

Maurice Tarik Maschino

_________________
L'enseignement : apprendre à savoir, à savoir faire, à faire savoir. L'éducation : apprendre à savoir être.[Louis Pauwels]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Liberté d’expression n’est pas liberté d’outrager
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ACTA: la nouvelle menace pour la liberté d'expression sur Internet
» On perdrait notre procès à cause de la liberté d'expression
» La liberté d'expression menacée : Une femme condamnée pour avoir blasphémé Mahomet !
» Spectacle raciste et liberté d'expression ?
» Recherche textes, documents, poèmes et images portant sur la liberté d'expression, la liberté de la presse, le fanatisme et la caricature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
May diwan :: Médias et Questions Sociétales :: Actualité-
Sauter vers: