May diwan

May diwan: Forum Musulman d'Expression française
 
AccueilCalendrierPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Sujets les plus actifs
Les femmes au paradis
Reflexion: Auteurs d'aujourd'hui
Lettre ouverte à mon ordinateur qui m’a rendu aussi idiot que lui
Destin de femme
Voyage par la photo
Recettes salées du monde
Femmes libérées? Mon œil, dénonce Nancy Huston
Invocation pour se marier
Droit a l'Histoire Amazigh
Reflet dans un oeil d'homme
Meilleurs posteurs
May
 
amanar11
 
Jarod
 
Admin
 
mimouni
 
Lolita KlA
 
Passante
 
Rosalie
 
Nasrine
 
Merghed Soufian
 

Partagez | 
 

 Bardées de diplômes, elles restent au foyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
May
Maydinaute
avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Bardées de diplômes, elles restent au foyer    Mer 24 Nov - 9:49

Le retour de la femme au foyer, c’est tendance. Les ouvrages vantant les mérites de la mère aux fourneaux fleurissent depuis quelques années déjà. Les femmes universitaires se laissent séduire par l’appel du «home sweet home». Qu’ont-elles fait de leur bachelor, master et autre doctorat?



«En 2008, elles étaient 15%» à l’avoir jeté aux orties. Soit 52 000 en chiffres absolus. C’est en effet le nombre de femmes ayant achevé des études de type universitaire (HES, EPF et HEP incluses) qui ne travaillaient pas l’année dernière en Suisse. Pas même à temps partiel. En comparaison, le taux des femmes sans activité professionnelle est de 23,4%, tous types de formation confondus. Crispation dans les rangs des observateurs économiques.



Elles font baisser les salaires des femmes

Un frein à l’économie suisse, ni plus ni moins, selon Jean-Marc Falter, maître assistant au département d’économie politique de l’Université de Genève. «C’est une certitude. Même s’il serait trop délicat de chiffrer la somme qu’elles font perdre au pays. » Ce que l’on peut calculer en revanche, c’est le coût de leur formation. Une année de cours dans l’alma mater ou équivalent varie de 9000 francs (droit) à 40 000 francs (médecine) environ. Et le parcours universitaire de base dure de 3 à 6 ans selon les facultés. La facture finale est salée. Pire. Ces diplômées tirent une balle dans le pied de leurs semblables. «Les femmes sont encore amenées à faire le choix de travailler moins ou pas du tout, en raison de la politique familiale déficitaire en suisse. Et c’est précisément un des éléments qui expliquent la différence de salaire entre hommes et femmes. » Comment cela? Ne sachant pas si son employée va lui faire faux bond – pour cause de maternité – le patron ne va pas trop «investir» dans sa carrière, note Jean-Marc Falter. «Il hésitera notamment à lui proposer des cours de formation continue, qui accroissent la valeur d’un professionnel. Ou à l’encourager par une augmentation.»



Comment l’éviter?

L’Académie suisse des sciences médicales a carrément sonné l’alarme l’an dernier. La part des étudiantes en médecine dépasse celle des étudiants, avec 57%. Mais la proportion de femme médecins en activité n’est que de 32%. Cherchez l’erreur!
Le Bureau de l’égalité des chances de l’EPFL tente de prévenir cette désaffection. «Nous préparons les futures ingénieures à leur entrée dans la vie active», indique la responsable Farnaz Moser. Les étudiantes ont la possibilité d’entrer en contact avec des femmes déjà insérées dans l’industrie ou les milieux académiques. Celles-ci présentent leur parcours et leur façon de concilier vie professionnelle et familiale. Plusieurs projets de mentorat sont également en cours. «Cela permet d’éviter les surprises», constate la déléguée à l’égalité.



Retrouver un emploi? Galère pour les universitaires

Même si elles sont satisfaites de leur choix, les femmes sans emploi prennent un grand risque pour leur sécurité financière, explique Françoise Piron. «Environ 50% des mariages se soldent par un divorce. Favoriser uniquement la carrière du mari me semble très périlleux. C’est le syndrome de Cendrillon», observe la directrice de Pacte, association professionnelle visant à favoriser l’accès des femmes à des postes à responsabilité.
Les statistiques ne disent pas quelle est la durée de la période d’inactivité des femmes universitaires . Mais à supposer qu’elles désirent un jour se réinsérer dans le monde du travail, la tâche sera ardue.



Quelques années pour être larguée

Françoise Piron en sait quelque chose. Elle anime des rencontres bimensuelles destinées aux femmes qualifiées désireuses de remettre le pied à l’étrier. Sans avoir gardé contact avec le monde professionnel, il suffit de quelques années pour être complètement larguée. «A la fois en ce qui concerne l’évolution des métiers et le réseau, précise Françoise Piron. Or 80% des cadres ne sont pas recrutés sur annonce mais grâce aux relations. » Il est ainsi plus aisé de retrouver un job dans les métiers requérant moins de qualifications.



Alors, travail ou famille? Si la proportion d’ universitaires non actives a baissé de 6% depuis 1996, c’est parce qu’elles optent toujours plus pour du temps partiel. 55% ont choisi ce compromis en 2008. Mais là encore, elles prennent un risque, selon Françoise Piron. «La plupart travaillent à moins de 60%. Ce qui les empêche souvent de se hisser dans la hiérarchie. » C’est d’ailleurs ce que confirme une étude de l’Office fédéral de la statistique.
De quoi avoir envie de retourner à la maison…?!

http://www.lesquotidiennes.com/travail/bard%C3%A9es-de-dipl%C3%B4mes-elles-restent-au-foyer.html

_________________
L'enseignement : apprendre à savoir, à savoir faire, à faire savoir. L'éducation : apprendre à savoir être.[Louis Pauwels]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bardées de diplômes, elles restent au foyer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes ont-elles une âme?
» les algues font-elles des fleurs ?
» Les diplômes
» Ceux qui s'en vont, et ceux qui restent
» Comment les montgolfières sont-elles apparut ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
May diwan :: Médias et Questions Sociétales :: Générations jeunesses-
Sauter vers: